Sur Osaka. Partie 1. Minoo et « YUNIBA ».

Le 19/11/2015

Partir de Tokyo en stop n’est pas simple. Mais je commence à être rodé : il faut que je me rapproche des entrées d’autoroutes. C’est donc parti à pied pour rejoindre l’entrée la plus proche de la Tokei, cette autoroute que je commence à connaître. En une heure et demi de marche j’y arrive donc et je ne mets pas plus de 30 minutes pour monter dans une voiture.

C’est un couple de retraités qui rentrent chez eux à Shizuoka, au sud du Mont Fuji. Ils sont vraiment sympas, et comme d’habitude, je me fais déposer à l’aire d’autoroute avant qu’ils ne prennent la bretelle de sortie.

Ils roulent tout doucement entre les différentes voitures et cherchent les plaques d’immatriculation de la ville d’Osaka. Mais pas grand monde, sauf une voiture de sport deux places. Mon conducteur se gare juste à côté mais il n’y a personne dans l’autre voiture. Je descends donc, remercie mes bienfaiteurs et me dirige vers mon spot pour reprendre l’auto-stop. Mon retraité rêve s’il croit qu’un gars en voiture de sport va prendre un auto-stoppeur.

Mais à peine 5 minutes plus tard, il me fait de grands signes pour me faire revenir. « Ce monsieur à la voiture de sport va à Osaka et il veut bien vous emmener » me dit-il. Et bien, c’est parti : on case mon sac dans le coffre (plus grand que je ne l’aurais imaginé) et les sièges avants dissimulaient deux autres sièges à l’arrière.

C’est incroyable, je me retrouve à l’arrière d’une Nissan GTR Nismo : la voiture de série la plus rapide du monde ! Et cerise sur le gâteau : c’est le dernier modèle sorti cette année (2015).

Avec ça, je vais être à Osaka en un rien de temps… enfin en 3h30 au lieu de 4h. Et le conducteur sait s’en servir avec des pointes à plus de 200km/h juste le temps de doubler une autre voiture.

Par contre il n’est pas bavard et seul sa femme me parle de temps en temps ; ils travaillent ensembles dans leur entreprise de détecteurs de fumée.

Une fois sur Osaka, il se gare sur son parking et direct il prend l’initiative de me conduire à pied à la station de métro la plus proche. Il est sympa, simplement pas bavard.

Il est 18h30 et j’arrive à la gare de Shin-Osaka avec un bon timing : Floriane arrive dans 15 min via la navette de l’aéroport.

La voilà, elle descend du bus.

Cette fois-ci encore, c’est Valériane qui a proposé de nous héberger le temps de notre séjour à Osaka, mais pas ce soir car elle a quelque chose de prévu.

On a donc réservé une chambre dans un hôtel du quartier le plus pauvre d’Osaka : Shin-Sekai, là où se trouve la Tsutenkaku. À l’hôtel Jipangu, la nuit est à 1100 ¥ par personne, on ne va pas se ruiner. Par contre il ne faut pas s’attendre à un palace : 3 tatamis et pas un de plus. (Je conseille tout de même le SunPlaza II, juste à côté et qui semble un peu mieux pour 200 ¥ de plus).

P1170005

Le 22/11/2015
Novembre, c’est le moment du kôyô : le rougissement des feuilles (d’érable principalement). Justement Valériane va au parc Minoo avec ses amis pour en profiter le temps d’un après-midi et nous sommes cordialement invités. C’est l’endroit de prédilection à Osaka pour observer les feuilles d’automne. Du coup, c’est un peu dommage qu’on ait l’impression que la moitié des habitants d’Osaka aient décidé d’en faire autant…

P1170008

 

P1170014

On est un peu déçu de la promenade, ça manque de rouge quand même. Mais la cascade tout au bout de la route vaut le coup d’œil :

P1170020

 

P1170021

L’une des spécialités d’automne est le momiji-tempura : une feuille d’érable couverte de pâte puis frite. Il ne reste rien de la feuille mais ça donne une forme sympa et c’est bon :

P1170023

Le 25/11/2015

Lors de notre premier passage à Osaka, nous avions repéré un cinéma un peu particulier, tout près de la Tsutenkaku. C’est un cinéma d’un autre âge : il date des années 50.

La première fois que nous sommes passés devant, alors que tous les cinémas passaient Expendables 3, lui aussi passait Expendables, mais le 1 !

Cette fois-ci, alors que vous pouvez aller voir le dernier Mad Max, ici, c’est le premier avec Mel Gibson. Un détail amusant : « l’affiche » est peinte à même le mur.

Bon, bien sûr, il n’y a pas que ça qui nous avait attiré l’œil : il semble y avoir une salle pour les films d’action rétro et une autre avec des films pour adultes, rétro également. Pour mieux connaître cette ville et pouvoir vous en parler, nous n’avons pas eu d’autre choix que d’y aller 😉 . Et comme nous ne pouvons pas comprendre parfaitement le japonais, nous avons décidé d’aller voir les films où la parole est secondaire.

Avant de rentrer, nous regardons autour de nous. Le quartier est assez glauque : petites rues, presque personnes et sous un préau un gars nu sous son imper, en train de remettre son string. La séance promet d’être mémorable !

Le ticket se prend grâce à une machine à l’extérieur : 1000 yens pour les films d’actions et 800 yens pour les autres (pour toute la nuit). L’entrée est sombre, un type composte nos tickets et nous fait signe de descendre. Nous arrivons dans une grande salle plongée dans le noir. Sur notre gauche une « femme » sort des toilettes tout en remettant son bazar dans sa culotte.

Nous trouvons une place facilement au centre de la salle, les places les plus prisées sont visiblement celles des côtés. Les spectateurs sont exclusivement des hommes d’un certain âge. À droite, un gars ronfle fortement, les autres nous regardent étonnés. Le film, quant à lui est une production pas si vieille ; les acteurs jouent terriblement mal mais on comprend qu’une femme s’est endettée auprès des yakusas et doit les rembourser avec les « intérêts ». Les acteurs et les scènes n’ont rien d’affriolant.

Comme il n’y qu’une salle et 3 films à l’affiche, on comprend que les films se succèdent. Le suivant sera peut-être plus sympa. C’est une histoire de réincarnation et d’un savant qui teste la manipulation des rêves sur des patientes relativement consentantes. Mouais, au moins cette fois il y a une histoire.

Quelques minutes après le début du film, un vieil alcoolique vient s’asseoir à côté de Floriane, l’air de rien. Il est sympa, il sent la vinasse mais il reste correct, pas de rapprochement suspect. Il veut juste discuter, mais comme il n’a plus de dents, c’est pas facile à comprendre. Puis c’est un deuxième qui vient se poser sur la rangée devant nous, dos à l’écran. Il regarde Floriane avec insistance puis s’en va : pas de doute, c’est bien une vraie femme qui est assise dans ce cinéma.

Ça fait une heure qu’on est ici, on a vu assez de choses étranges (dans la salle et sur l’écran), on peut rentrer à la maison, le devoir accompli.

P1170031

Je vous conseille tout de même d’y faire un tour à l’occasion, ça fait des anecdotes sympas à raconter pendant les dîners de famille ;). Plus d’infos sur ce cinéma ici.

Le 30/11/2015

P1170034

Tokyo a son Tokyo Disney Resort et Osaka a son Universal Studio Japan (YUNIBA pour les intimes). Sur Internet, il est possible de voir l’estimation d’affluence du parc pour les jours à venir afin d’éviter la foule. Nous regardons également la météo et c’est en ce lundi 30 que nous décidons d’aller découvrir ce parc d’attractions.

L’entrée est à 7200 yens, il existe des coupe-files pour 6000 de plus. Dès l’entrée du parc, nous voilà plongés dans une reconstitution de New York, en bien plus propre je suppose. Dans toutes les rues il y a un fond sonore à base de bande son de films célèbres, ce qui crée une superbe ambiance :

P1170039

Nous commençons par un film des Sesame Street, un Muppet Show des années 70 qui existe toujours sur France 5 (je n’avais jamais entendu parler de cette émission). La star au Japon, c’est Elmo. Il est si mignon, tout rond avec sa fourrure rouge, kawaii ! … Le film est en 4D, c’est-à-dire que l’image est en 3D et les sièges bougent en fonction de ce qu’il y a à l’écran mais pas seulement, on se prend aussi des éclaboussures d’eau, du vent ou des odeurs.

La 3D est la mieux faite que j’ai pu voir à ce jour, faut voir l’OVNI-cookie nous voler presque au dessus de la tête !

Dehors, les Minions ont du succès :

P1170040

Derrière la boutique des Minions, nous empruntons la petite allée pour l’univers de Retour vers le Futur. Ce n’est vraiment pas mis en valeur.

Une voiture est garée n’importe comment dans les buisson :

P1170042

Le bâtiment de l’Institut of Future Technology est plutôt vieillot. Sur les télés longeant la file d’attente, les vrais Doc, Marty et Biff nous expliquent des trucs :

P1170043

Quelques dessins accrochés aux murs apportent un peu d’intérêt :

P1170045

L’attraction est en 4D, nous montons à 8 dans une DeLorean pour nous envoler vers la préhistoire et les volcans.

Tout est vieillissant et je ne pense pas que l’attraction fasse 10 ans de plus.

À côté de Retour vers le Futur, c’est le spectacle de Terminator où est mélangé acteurs sur scène et 4D. Vraiment bien fait, les acteurs sortent du film par l’écran pour se retrouver sur scène, avant d’y retourner à nouveau. Là encore, la 3D est époustouflante.

Point de vue sur le lac central du parc, avec le château de Poudlard en fond :

P1170046

Nous passons ensuite au Jurassic Park. C’est un parcours en wagonnets aquatiques ; une visite tranquille du parc parmi les dinosaures pas très réalistes, sauf le T-rex à la fin :

P1170051

Les dinosaures manquent de réalisme mais l’ambiance de la boutique est assez réussie :

P1170053

Il est temps d’aller à l’attraction majeure du parc : The Wizarding World of Harry Potter ! 220 minutes d’attente pour entrer dans le château… Bon bah, on reviendra plus tard :

P1170067

 

IMG_20151130_144616

 

P1170076

Après avoir fait Spiderman – un parcours bluffant en voiture où les décors sont composés de vrais murs avec une bonne incrustation de la 3D -, et le reste des attractions du parc, nous retournons à Poudlard. Seulement 40 minutes d’attente, c’est mieux. Pour commencer nous nous asseyons sur un long banc qu’Hermione fait s’envoler. Nous parcourons le château puis après être passé dans la crypte, un dragon se met à notre poursuite, mais heureusement, Harry Potter vient nous sauver.

Cette attraction est une succession de vrais décors et d’écrans 3D. Les passages au dessus du château sont vertigineux et on s’agrippe vraiment au banc :

P1170083

La nuit tombée, tout est illuminé et le sapin de Noël varie de couleurs sur toute la palette de l’arc-en-ciel :

P1170085

Enfin, la parade clôture la journée et invite les visiteurs à se diriger vers la sortie.

Cendrillon ? Elle n’est pas sensée être chez Mickey ?

P1170088

Juste après la sortie, Universal City accueille les visiteurs avec beaucoup de boutiques dont entre autres un magasin de jouets rétro, un (Shonen) Jump Shop et le Takoyaki Museum proposant d’en déguster de nombreuses variétés :

P1170090

À suivre dans le prochain épisode : le voyage dans le voyage :

P1170320

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s