My boss, my henro. Résumé des épisodes 1 à 51.

Me voilà prêt pour commencer le fameux Pèlerinage de Shikoku.

Avant tout, une présentation s’impose.

Le pèlerinage/pèlerin se dit « Henro » et donc le Chemin du Pèlerin que je vais emprunter, c’est « Henro no michi ». Ça consiste à visiter 88 temples principaux autour de l’île de Shikoku.

C’est le chemin qu’a parcouru, vers l’an 800, Kôbô Daishi, un illustre moine très important dans l’implantation du bouddhisme au Japon. Il joue un rôle central dans le pèlerinage.

Le chemin peut se faire en une ou plusieurs fois, à pied, en voiture, en voyage organisé, etc. L’important est de passer par les 88 temples dans lesquels on recueille, dans un livre, le tampon validant le passage (pas une obligation mais presque tous le font, dont moi). On peut faire le tour autant que l’on veut, certains l’ont fait plus de 100 fois !

À pied, c’est près de 1200km à parcourir, avec des ascensions régulières à plus de 700m d’altitude, ce qui prend normalement 46 jours.

Une carte bien utile pour repérer mon parcours au fils de mon récit :

http://www.nippon.com/fr/files/b03202fr_map01.gif (Désolé pour les droits d’auteur ^^’ )

On peut s’équiper de la panoplie du pèlerin : chapeau en paille, le bâton de marche, le livre à tampons, la veste, la clochette, l’écharpe, le collier, l’encens et les vignettes où l’on marque son nom. Ces dernières ont de nombreux usages dont celui de les échanger contre un cadeau qu’on nous fait en cours de route. Ce cadeau n’est pas vraiment pour nous, c’est plutôt une offrande que le pèlerin va porter au temple de la part de l’offreur. Mais on peut la manger si c’est de la nourriture… Du moment que ça va au temple. Ça s’appelle « osetai ».

Dans tout ça, le plus important, ces sont les vignettes pour remercier, puis le chapeau et le bâton pour montrer que l’on n’est pas juste un randonneur, vient ensuite la veste blanche.

J’ai choisi de prendre seulement le livre qui sera un bel objet quand tout sera fini, une clochette et les vignettes. Le reste relève d’un acte religieux et donc ne me concerne pas.

Si vous prenez tout l’équipement, c’est tout de même près de 120 euros à débourser au départ.

Le livre coûte 20 euros puis 2,20 euros par tampon, soit 220 euros au final. Mon cher livre…

Il y a encore plein d’autres trucs à savoir mais il est temps de commencer.
_______________________

Le 15/08/15. Jour 1. Temples 1 à 9.

C’est ainsi qu’à Tokushima, je me dirige en train vers le Temple n°1, le Ryôzenji. Dans chaque temple, on peut acheter la panoplie du pèlerin et d’innombrables « goodies ».

Je m’équipe, fait mon tampon :

P1150606

À chaque tampon, on reçoit un petit papier avec une figure bouddhique, qu’on peut assembler pour faire un tableau :

P1150610

Les temples s’enchainent rapidement, tout va bien et je collecte mes tampons sans mal. Chaque temple est assez différent du précédent ; ici le temple n°4, le Dainichiji :P1150615

La porte du Anrakuji (n°6) :P1150623

Le Kumadaniji (n°8) peut-être :P1150626

_________________________

16/08/15. Jour 2. Temples 10 à 12.

Après les temples 10 et 11, je quitte le bitume et c’est l’ascension dans les montagnes. J’entame là mon premier « henro korogashi » (la chute du pèlerin) : ce sont des sentiers particulièrement difficiles. Celui-ci sera le « plus pire » avec des montées et des descentes successives pendant plus de 4h…mais avec de beaux points de vues :

P1150635

Puis le temple 12, le Shôsanji, qui m’aura mis à bout de souffle plusieurs fois et qui restera ainsi dans ma mémoire :P1150643

_______________________

17/08/15. Jour 3. Temples 13 à 17.

Après une nuit de repos bien mérité, j’entame la descente. La brume recouvre les vallées, c’est magnifique. Et dire qu’il y a des gens qui vivent dans les plaines et qui ne peuvent pas voir ça. Fuh fuh fuh… 😉

P1150647

La route du pèlerinage commence au Nord de Tokushima avec le temple 1 puis contourne par l’Ouest la ville et retourne vers la mer après le temple 12 :P1150650

J’aimerais pas être là-bas :

P1150654

_________________________

18/08/15. Jour 4. Temples 18 à 20.

Le long de la route, un peu de ravitaillement. Les habitants n’ont pas l’air de trop faire de cas des fruits « sauvages » et les laissent pourrir au sol. Mais avec moi, pas de gâchis !

J’attends avec impatience les kakis mais ils sont encore bien vert :

P1150672

Pour économiser un peu je me lance dans l’onigiri fait main. Ils ne ressemblent à rien mais remplissent bien l’estomac :

P1150676

Le Kakurinji (n°20) est perché dans la montagne et m’offre un deuxième henro korogashi, assez court mais le plus raide de tous : près de 500m d’altitude en moins de 3km (16%) :

P1150678

En haut :P1150680

Aussitôt monté, aussitôt redescendu.

C’est en bas, dans la vallée que je passe la nuit.

____________________________

19/08/15. Jour 5. Temples 21 et 22.

Le temple 21, le Taiyuji, est le jumeau du 20, il est perché sur la montagne de l’autre côté de la vallée vue sur la photo d’au dessus, même altitude mais sur une route plus longue.

En chemin, je croise la DDE japonaise avec un record dont les Français peuvent être jaloux, 1 qui travaille et 8 qui regardent ! XD :P1150710

Puis je quitte le bitume pour un chemin de montagne dans la brume du matin :P1150711

Les premiers singes que je croise, c’est pas commun, ça fait bizarre :P1150716

Il y a de nombreux tunnels qui ponctuent le Chemin. Presque à chaque fois on peut trouver un sentier qui les contourne pour un parcours plus authentique mais personne ne les emprunte, le tour de Shikoku est bien assez long et difficile comme ça.

Ici, le fameux Tunnel de Kiki 😉 :P1150727

L’une des affiches promotionnelles du Pèlerinage. Je veux pas faire mon rabas-joie, mais concernant les pèlerins, c’est quand même à 99% des retraités et c’est pas vraiment l’euphorie un pèlerinage…. Pub mensongère !

J’ai vu une autre affiche dessinée où de jeunes pèlerins courent joyeusement sur le Chemin. Je trouve ça carrément décalé :P1150730

___________________________

Le 20/08/15. Jour 6. Temple 23.

Au matin, ici, l’un de mes meilleurs campements.

Chaque soir, je ne prends pas l’un des innombrables hôtels que l’on trouve facilement (les minshuku) mais dors dans les abris plus ou moins commodes, plus ou moins officiels…mais c’est gratuit ! :P1150734

Le temple 23, le Yakuoji :P1150737

C’est donc aujourd’hui que j’entame la petite traversée du désert du Pèlerinage. Plus de 80 km pour rejoindre le prochain temple, presque sans magasins et sans eau : la route côtière de Muroto :

P1150739

_______________________________

Le 21/08/15. Jour 7. Pas de temple.

Tokushima, c’est fini pour le moment, j’arrive à Kochi. Je passe également une nouvelle étape spirituelle. Chaque préfecture a un sens :

Tokushima : Chemin de l’Éveil

Kochi : Chemin de l’Ascèse

Éhime : Chemin de l’Illumination

Kagawa : Chemin du Nirvana.P1150753

Le long de la côte, je suis étonné de la puissance des vagues qui viennent frapper les rochers avec un grondement impressionnant :P1150764

______________________

Le 22/08/15. Jour 8. Temples 24 à 26.

Après m’être couché assez tard et avoir parcouru 44km la veille pour rejoindre un abri, je termine la traversé de la côte de Muroto et rejoins le Cap de Muroto ainsi que le Temple 24, le Hotsumisakiji :P1150788

Non loin de là, j’avais repéré sur Google Earth un haikyo (« ruine ») bien sympathique.

http://www.haikyo.org/new-muroto-sky-resort/

Du haut de cet ancien restaurant, une vue impressionnante à 360° :P1150799

J’y rencontre des chasseurs de haikyo :

http://kazenakuhibi.at.webry.info/201509/article_2.html

Et

http://onisakimama.blog.fc2.comcom

P1150805

________________________

Le 23/08/15. Jour 9. Temple 27.

L’un des nombreux hébergements : y a un sacré business autour de ce pèlerinage.

Une nuit et deux repas pour 6800 yens.

Faut dire qu’on est pas nombreux à faire le tour en une seul fois et à dormir dehors tous les soir… :

P1150818

P1150820

Le temple suivant, offre un henro korogashi un peu particulier puisque c’est un aller-retour sur le même chemin, je laisse donc mon sac en bas dans les fourrés. Et sans mon sac de 14/16 kg, c’est trop facile ! ^^

C’est lui au bout de la flèche :

P1150825

Faire le tour de l’île lentement, c’est l’occasion d’observer l’architecture locale.

Là, c’est une super grande maison avec sur les côtés, des tuiles caractéristiques de la région de Kochi :P1150827

Une oasis de fraicheur à pas cher, bien trop rare par cette chaleur.

À partir de 50 yens (45 cts d’euro) la canette, même si c’est souvent des no-name, c’est ma tournée ! :P1150835

_______________________

Le 24/08/15. Jour 10. Temples 28 et 29.

Superbe petite bête. Faut dire que dans le coin, c’est assez coloré et souvent très gros :

P1150840

_______________________

Le 25/08/15. Jour 11. Temples 30 à 32. Plus de 300 km déjà parcouru.

C’est à partir de là que mon pèlerinage prend une autre tournure et ce jusqu’à la fin. Fini la promenade et le bien-être spirituel…

(Pour ceux qui veulent couper cours au roman qui suit, faut aller deux photos plus bas).

J’en ai même pris note :
« Aujourd’hui, c’est n’importe quoi !
Je me réveille, le déluge, un typhon est de passage.

Au moment de quitter mon abri, j’ai droit a une accalmie, il ne pleut plus mais il y a beaucoup de vent.

J’arrive au temple 30, le Zanrakuji, re le déluge :

P1150869

Je vais pour me laver dans les toilettes pour handicapés comme je fais très souvent. La dernière douche commencait à dater. Mais là, pas d’eau.

J’attends que la pluie s’arrête et repart. Mais après quelques minutes, re re le déluge. En 1 minute, j’ai les pieds trempés. Il y a énormément de vent et la pluie fouette comme de la grêle. En 10 min, je perds les deux embouts anti-glisse de mes bâtons dans des grilles d’évacuation d’eau au sol.

J’arrive enfin au Shoe Plaza de Kochi car j’attends depuis longtemps de m’acheter de nouvelles semelles car j’ai mal aux pieds tous les soirs.

Je repars vers des toilettes repérées sur ma carte pour me laver. Juste un urinoir et un chiotte, pas de quoi se laver.

Entre temps, je m’aperçois qu’à cause du vent, j’ai perdu mon sac plastique servant de protection anti-pluie…

En repartant, je me trompe de route car à cause de la pluie, je ne regarde pas souvent mon GPS : demi-tour.

Puis je me perds dans des ruelles, je rate l’entrée de la montagne du 31… deux fois ! Toujours parce que j’avance sans plan et j’ai du mal à voir le fléchage. Y en a marre !!

N’ayant pas fait demi-tour, j’emprunte un chemin plein de grosses branches tombées au sol, je me méfie de ne pas m’en prendre une sur la tête. J’arrive au milieu d’un parc payant, fermé ce jour-là.

Je peux enfin prendre une douche dans les toilettes handicapées, et il y a vraiment une douche dedans !

Je vais pour découper mes semelles pour les ajuster et là pas de couteau suisse à sa place, je cherche vite fait mais je sais maintenant que je l’ai oublié 2 jours plus tôt dans un abri.

Je fait donc du stop pour y retourner, à 60k d’ici.
Je tombe sur Ryonosuke qui rentre chez lui juste à côté, comme il a son après-midi de libre, il décide de m’emmener jusqu’au bout. 1h de route, il est vraiment sympa. Sur place rien, inquiet, il appelle plusieurs personnes mais toujours rien, on cherche, on cherche. Puis je me décide de vider entièrement mon sac pour la deuxième fois. Et là, house noire au fond d’un sac noir : le couteau.

Me voilà bien. Je choisis de faire semblant de le trouver dans un coin pour que la situation ne soit pas stupide à 100%. Ryonosuke est très soulagé.

Au retour, il me dépose près du temple suivant, le Zenjibuji, non loin de là où il m’a pris. Il est 16h30, j’ai juste le temps de monter la colline pour faire tamponner mon livre avant la fermeture du guichet.

Je reprends ma route et arrive au ferry qui doit me faire traverser un bras de mer et me déposer au temple 33, il est 19h, le typhon est passé mais pas de ferry aujourd’hui…

C’est un détour de 7km qui m’attend. Je questionne les vieux du coins pour savoir s’il n’y aurait pas un dernier passage de ferry, mais non. Les p’tits vieux discutent avec un pêcheur et sans vraiment me demander mon avis, me font monter dans la voiture de celui-ci qui rentre chez lui près du prochain temple.

Du coup, on prend le pont, qui est super loin et super long. 7km plus loin, le conducteur pâtissier qui adore les Opéras (le gâteau !), me dépose au temple où il va se renseigner où je peux dormir. Il va vers l’hôtel d’en face où la petite dame nous conduit dans une petite pièce extérieure dans le temple, nous montre les wc. Le pâtissier me traduit en japonais simplifié les explications de la la dame et comme quoi je devrais donner 100 yens au bonze le lendemain.

Je dors donc dans une grande pièce ou il fait chaud et où il y a plein de prises de courant pour recharger mes piles.

Otsukaresama desu ! (Rude journée)

C’est à partir de ce jour que je me dis que plutôt que de marcher seul sur du bitume, je préfère faire du stop et discuter avec les conducteurs… Et qu’il faut ranger ses affaires à leurs places !!

Sur la route du ferry : un drôle de bâtiment. C’est un refuge en cas de tsunami.

Partout sur Shikoku, il y a des panneaux indiquant la montagne la plus proche où se réfugier en cas d’alerte, mais ici pas de montagne :

P1150876

_________________________

Le 26/08/16. Jour 12. Temples 33 à 35.

Départ du 33, le Sekkeiji, finalement sans avoir à payer mes 100 yens, c’est un tsuyadou, un logement gratuit de temple, c’est vraiment cool mais y en a très peu.

Ici le Kyotakiji (le 35) dans la montagne :

P1150893

Avec une belle vue :

P1150894

Sur le bord de la route, un mini resto à yakitori, mais il semble définitivement fermé :

P1150896

_______________________

Le 27/08/15. Jour 13. Temple 36.

Aujourd’hui, ce n’est pas rien, c’est la Skyline de la Péninsule de Yokonami que je vais arpenter. C’est 19km parcourant les crêtes avec seulement un distributeur de boissons en cours de route. Mais ça vaut le coup ! :

P1150910

Après ça, du réconfort : j’ai pris des bonbons Cucu, ceux à La France et au sorbet de yogourt. Et en effet, c’est un peu cucul comme goût, mais c’est bon.

À oui, « La France », car au Japon les poires William s’appellent La France.

Du coup, La France est une poire anglaise, ça laisse songeur…

P1150914

Juste par ce que c’est beau :

P1150915

________________________

Le 28/08/15. Jour 14. Temple 37.

Aujourd’hui, je suis bien motivé, je quitte mon campement à 4h du matin pour profiter de la fraicheur de la nuit. Assez rapidement j’arrive au pied d’une rampe d’escaliers qui monte à perte de vue dans la montagne. Petit exercice matinal. Une fois en haut superbe timing pour assister au lever du soleil :

P1150926

Chez un brocanteur : des bégoma, ce sont de vielles toupies en métal mais celles-ci sont un peu spéciales, ce sont des bégoma à zizi ! Et hop dans ma collection de bégoma ! :

P1150933

Le long des rues, surtout dans les villages, on peut voir des affiches électorales. Il y en a bien une par rue et ce toute l’année.

Celle-ci m’a toujours laissé perplexe, quel est donc cette expression faciale ?

P1150941

Le temple 37, le Iwamotoji, se situe dans la ville de Shimanto. Si l’on traduit le nom de cette ville, elle s’appelle Quarante-Mille-Dix. On fait pâle figure avec notre ville de Troie…

C’est une bonne journée de marche qui se termine avec 45 km parcourus.

_________________________

Le 29/08/15. Jour 15. Pas de temple. Plus de 500 km parcourus.

C’est sous la pluie que je commence la journée. J’aime bien la pluie, mais seulement quand je peux être à l’abri…

Heureusement, je longe l’océan et c’est beau par tout temps :

P1150949

Réconfort avec un dorayaki géant, avec de la crème ! :

P1150951

Assez rarement, le long de la route, on peux trouver des stands proposant des produits frais vendus directement par les particuliers. C’est vraiment pas cher ! C’est l’occasion enfin de manger des tomates, j’en veux depuis un moment mais dans les magasins, elles sont à 1 euro pièce et pas mûres. Là, moins de 2 euros les 500g !!

Itadakimasu ! :

P1150957

Ils vendent vraiment de tout, un chat pour 100 yens !   😛     :

P1150964

___________________

Le 30/08/15. Jour 16. Temple 38.

C’est en fin de journée que j’arrive au temple 38, le Kongofukuji. Il est situé sur le Cap Ashizuri, le cap Sud-Ouest de Shikoku, en parallèle du Cap Muroto.

Il m’a fallu courir un gros quart d’heure pour avoir le tampon avant la fermeture et pouvoir continuer vers le prochain abri…

Le jardin du temple est très minéral et paraît faux avec ses pierres multicolores. C’est un beau temple qui fait très carte postale et les touristes ne s’y trompent pas :

P1150968

________________________

Le 31/08/15. Jours 17. Pas de temple.

Le prochain temple est à au minimum à 51 km du Kongôfukuji, proche de la préfecture de Ehime. Pour s’y rendre, il y a 4 routes possibles. Je prends simplement la plus courte qui passe par la montagne, sans eau ni nourriture. C’est une montée interminable de 13 km que j’entame mais la montagne est belle et c’est extrêmement calme, comprenez par là qu’il n’y a pas un habitant ni voiture avant la vallée de l’autre côté.

Plus je monte, plus je me rapproche des nuages porteurs de pluie pris dans les sommets. Mais aussi, plus j’ai le muscle du tibia gauche qui me tire, sans doute à cause de la petite course de la veille. J’arrive en haut, sous la pluie, boitant un peu et entame la descente de 8 km. Mais là tout de suite, ça va beaucoup moins bien, en descente, le tibia est plus tendu et me fait mal. Toujours sous la pluie, c’est de pire en pire, j’avance à demi-allure et boite fortement, je suis obligé de faire des pauses toutes les 2 minutes pour faire diminuer la douleur.

À cause de ça, la nuit est tombée et une fois dans la vallée, c’est encore 3 km interminable qu’il me faut faire pour atteindre le prochaine abri.

________________________

Le 01/09/15. Jour 18. Temple 39. Un total de 600 km déjà parcourus.

Je quitte mon abri et en 5 minutes la même douleur revient. Heureusement sur le plat de la vallée et avec des anti-douleur que j’ai trouvé au fond de mon sac, je peux avancer. Je me dis que puisque la douleur revient en 5 minutes, il me faudrait beaucoup de repos pour que la douleur passe complètement, ce qui reviendrait à arrêter le pèlerinage. Hors de question, j’avance !

C’est une journée pénible qui passe jusqu’au début d’une montagne en fin de journée. En traversant un hameau, deux femmes et leurs enfants me voient arriver sortant des bois, boitant toujours. Nous discutons un peu, l’une d’elle me dit qu’il faut que je me repose et m’invite à passer la nuit avec sa famille et m’offre un super repas de yakisoba qui fait du bien. Ce soir, je dors confortablement sur un futon à regarder la pluie tomber par la fenêtre.

_________________________

Le 02/09/15. Jour 19. Temple 40.

Au matin, le moral va mieux mais aussitôt la montée entamée, re-mal. Et là, c’est 300 mètres de denivelé à passer pour atteindre, de l’autre côté, la préfecture d’Ehime.

Avec cette douleur, l’arrivée dans la préfecture d’Ehime n’est pas formidable.

Ici, les maisons ont un autre style, bien différent des maisons de Kochi :

P1160004

Le Temple 40, le Kanjizaji est l’un des temples les plus récents puisqu’il à été reconstruit en 1964 :

P1160007

_________________________

Le 03/09/15. Jour 20. Pas de temple.

Je longe la côte, et après 4 jours de pluie, le temps commence à changer. C’est une zone de production de perles et sur la petite île, on peut voir un mini sanctuaire shintô dédié aux kami (dieux) de la mer :

P1160020

Une fois de plus, c’est de nuit que j’atteins un abri, car il y en a peu et je préfère marcher « encore un peu » pour éviter de monter la tente et risquer de me lever le lendemain sous la pluie.

___________________________

Le 04/09/15. Jour 21. Temples 41 à 43.

Toujours mal au tibia, j’avance vers le Temple 41, le Ryûkôji, bloti au pied d’une montagne. Le 42 est juste à côté, le 43 à 10 km. Ce sera une petite journée de 20 km pour me reposer.

P1160039

Cherchant un abri qui est sur ma carte mais pas sur le terrain, je rencontre un garagiste qui a fini sa journée, il me parle des pèlerins étrangers qu’il a rencontré puis m’invite à boire une bière dans l’arrière boutique de son garage.

Quelques minutes plus tard, c’est sa femme qui vient et m’apporte plein de petits plats super bon…et tout est pour moi. Je suis même invité à dormir sur place.

P1160053

______________________

Le 05/09/15. Jour 5. Pas de temple.

Bien reposé et motivé, je décide de partir à 4h du matin pour compenser le fait que je marche moins vite. Il ne fait pas encore jour et je marche dans un brouillard épais qui se lèvera pour laisser place à la pluie.

Je croise en chemin le petit château de Ozu :

P1160069

Au final, 36 km seulement, je m’attendais à plus.

_________________________

Le 06/09/15. Jour 23. Temple 44.

J’ai pu dormir dans une grange aménagée pour les pèlerins en compagnie d’un autre pèlerin qui fait son 5ème tour à pied et dormant dehors.

Il n’est absolument pas bavard mais je vois bien que je ne le dérange pas et il marche assez vite. Je décide donc de marcher avec lui mais au bout de 30 min, il fait déjà une pause cigarette… Ça va pas être possible. Je continue donc seul :

P1160085

Ce panneau nous indique qu’il y a des travaux plus loin et de faire attention (je suppose) mais non et non ! Il n’y a pas de jeune fille aux gros seins qui font la circulation ! C’est à 100% des hommes et quasiment toujours plus de 60 ans !

P1160087

Une belle maison dans un coin reculé : un rêve… Du moment qu’il y a internet. ^^

P1160088

_______________________________

Le 07/09/15. Jour 24. Temples 45 à 47. 800 km parcouru.

J’ai pu m’installer près d’un onsen de montagne, ça c’est cool : un bon bain, des prises de courant et un bon toit :

P1160096

Le temple 45, le Iwayaji est en haut de sa montagne à 600m d’altitude. La région est étrange avec d’énormes rochers qui ont « poussé » un peu partout. Le temple est d’ailleurs établi dans un creux de l’un d’eux :

P1160103

Cette sculpture est l’emblème du temple, la classe :

P1160107

Plutôt que de faire demi-tour vers la route goudronnée, j’emprunte le chemin de montagne qui passe à travers les gros rochers. C’est spectaculaire mais ça n’arrange pas mon tibia qui commence à s’arranger mais qui me fait toujours mal depuis 8 jours maintenant :

P1160094

Le soir, près du temple 47, je suis invité à dormir chez les Shitamura, un couple que j’ai rencontré dans un temple deux jours plus tôt et qui m’ont invité chez eux à Matsuyama.

_________________________

Le 08/09/15. Jour 25 « A ». Temples 48 à 51.

Il ne pleut plus, et avec les Shitamura, nous allons visiter un sanctuaire (ça change des temples ;).

C’est un sanctuaire dédié aux Camélias et aux haiku :

P1160126

M. Shitamura est professeur de lettre classique et spécialiste des haiku à tel point qu’il a gagné le concours annuel de haiku de la ville de Matsuyama. Il a ainsi eu le droit à une pierre commémorative avec son haiku dans le sanctuaire. (D’une valeur de 5000 euro !) :

(Je sais, je suis encore habillé pareil mais c’est un hasard, j’ai d’autres vêtements que ce jinbei : )

P1160131

Je reprends la route sans mon sac à dos, les Shitamura l’on gardé dans leur voiture et me le déposent au temple 51.

Sans mon sac, ça avance tout seul et c’est une promenade de 4 km pour arriver au Ishiteji. C’est un grand temple renommé, bien que touristique, il reste authentique et ne me propose presque aucun  » goodies  » :

P1160157

Je remercie infiniment les Shitamura pour leur gentillesse et me dirige vers la Sen Guesthouse pour poser mes bagages car je vais y passer la nuit, il est 12h. Car en fait, j’attends du courrier et c’est la seule façon que j’ai trouvé pour avoir une adresse postale au Japon.

De toute façon, j’avais l’intention de passer une journée à Matsuyama pour visiter le plus connu des onsen du Japon, le Dogo Onsen. Celui-même qui a inspiré Miyazaki pour le Voyage de Chihiro.

Il y a 4 étages avec au 1er : bain classique, 2ème : bain luxe, au 3ème : bains privés et au sous-sol le bain réservé à la famille impériale. Tout ce visite à des prix très variables :

P1160159

Le château est également remarquable car beaucoup de bâtiments ont été reconstruit, il y a quelques exposition à l’intérieur mais c’est faire le tour des remparts qui est intéressant :

P1160178

Pour le reste de la journée, déambulation dans les galeries marchandes à la recherche d’un chargeur de piles car le mien semble m’avoir lâché.

______________________________

Fin de la première partie.

Long récit pour un long périple.

Publicités

3 réflexions sur “My boss, my henro. Résumé des épisodes 1 à 51.

  1. (Bonne idée pour le titre)

    Pas donnée d’avoir tous les tampons. C’est étrange quand même qu’ils le fassent payer alors que c’est censé être quelque chose de religieux ? (enfin, au pire une petite offrande équivalent à 30(40 cts je veux bien comprendre, mais 2 € 20 ?)

    Tu as une photo de tes tampons ?

    J’aime beaucoup le Dainichiji.

    https://kikorisan.files.wordpress.com/2015/08/p1150654.jpg me fait penser à https://missjwchoi.files.wordpress.com/2011/12/village.jpg (je n’ai pas trouvé de meilleur point de vue)

    Elles ont l’air bien mûres les figues en plus !

    Pour économiser un peu je me lance dans l’onigiri fait main. Ils ne ressemblent à rien mais remplissent bien l’estomac : –> Tu as perdu la main !

    En chemin, je croise la DDE japonaise avec un record dont les Français peuvent être jaloux, 1 qui travaille et 8 qui regardent ! XD : –> Pas vrai, ici c’est 0 qui travaille et 9 qui regardent 🙂

    Le tunnel de http://img15.hostingpics.net/pics/337629kiki.jpg ? (OK, c’était nul)

    Ah ces japonais… prêts à tout pour caser de l’anime.

    Le Yakuoji a une forme… particulière.

    Je me demande si les 4 préfectures n’ont pas un lien avec http://kadampa.org/temples/the-symbolism-of-the-traditional-temple (les « 4 portes de la libération » dont est inspiré ce temple)

    https://kikorisan.files.wordpress.com/2015/08/p1150764.jpg –> hey ! http://i.ytimg.com/vi/2ieSaDGYX90/hqdefault.jpg

    https://kikorisan.files.wordpress.com/2015/08/p1150805.jpg –> Il me dit quelque chose le type à droite 🙂

    https://kikorisan.files.wordpress.com/2015/08/p1150827.jpg On dirait un mini-château plus qu’une maison

    https://kikorisan.files.wordpress.com/2015/08/p1150840.jpg Qu’est-ce que c’est ?

    « Puis je me décide de vider entièrement mon sac pour la deuxième fois. Et là, house noire au fond d’un sac noir : le couteau. » –> C’est dans ce genre de moments que l’on se dit que l’on aurait dû mieux regarder

    Il y avait beaucoup de refuges tsunami il y a plus de 10 ans de cela ? Ou c’est récent (10 ans et moins)

    « Celle-ci m’a toujours laissé perplexe, quel est donc cette expression faciale ? » –> Pour moi c’est « Je n’en ai rien à faire de vous et je suis au-dessus. J’ai une belle cravate laide. »

    Miou ! (l’éventail du fond a l’air très sympa)

    « Un total de 600 km déjà parcourus. » –> Cet homme est fou

    « Nous discutons un peu, l’une d’elle me dit qu’il faut que je me repose et m’invite à passer la nuit avec sa famille et m’offre un super repas de yakisoba qui fait du bien » C’est marrant mais ce n’est pas la première fois (loin de là) que tu tombes dans ce genre de situation. C’est fréquent que les japonais donnent l’hospitalité dans ces cas-là ? Parce qu’ici…

    « Une belle maison dans un coin reculé, un rêve… Du moment qu’il y a internet. ^^ » –> On a vu un type dans un des « J’irai dormir chez vous » qui s’était complètement isolé de son village avec son propre générateur d’électricité et son abonnement Internet x) (je ne sais pas comment il fait par contre). C’était en Birmanie je crois

    Un emblème imposant que voilà !

    Aimé par 1 personne

    1. _ (Merci, j’avais aussi pensé à «I’m boss, I’m Henri», mais ça faisait trop.)
      _ C’est vrai ça depuis quand la religion est liée à l’argent? XD
      _ Une phot, une !
      La
      _ Je voudrais t’y voir à faire des onigiri sur un banc et sans eau pour te laver les mains. Je les ai fait direct dans le cellophane.
      _ Je ne parlais pas de ce kiki là. =p
      _ En fait, ce n’est pas vraiment le temple Yakuoji mais la pagode qui est dans l’enceinte.
      _ Je ne suis pas sûr qu’il y est un lien. (Mais j’ai pas tout lu). Et pourquoi, tu connais ce temple ?
      _ Cette vague m’a fait pensé à la même chose.
      _ Vu l’endroit et les vêtements,ça ne peut être qu’un fantôme !
      _ Et encore cette maison n’a pas les remparts comme certaines
      _ heu, un insecte … ( ^^’)
      _ J’ai vu des refuges qui ont bien plus de 10 ans .
      _ Et qu’as-tu pensé pour les 1200 km ?
      _ L’éventail derrière le chat est un éventail promotionnel en plastique dont le papier est complètement déchiré … Au moins, maintenant, je sais comment te faire un cadeau qui te fait plaisir et à pas chère. Xp
      _ Il faut dire que j’ai quand même rencontré pas mal de monde . C’est tout de même un faible pourcentage qui m’a invité. Mais être français et parler un peu japonais multiplie grandement les chances.

      J'aime

  2. Merci pour la photo !

    Je ne connais pas le temple mais j’avais déjà lu plusieurs sujets sur « 4 portes », « 4 libérations », … du coup ça me paraissait lié.

    Comme quoi, on peut se contenter de cadeaux simples 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s