Les bons amis font les bons comptes

23/4/15

Aujourd’hui, c’est glandouille. On se lève tard, on décide d’aller manger au resto de udon qui figure sur la dernière photo du post d’avant. C’est un genre de Flunch, mais avec des udon. On a juste à choisir son plat principal, et après on garnit à volonté de ce qu’on veut. C’est sympa, la nourriture est bonne et les miettes de tempura croustillantes à souhait.

P1110559

D’ailleurs j’en ai tellement pris que j’ai eu mal au ventre toute la soirée. Le reste de l’après-midi nous a servi à mettre les posts du blog à jour.

_________________________________

24/4/15

On se reprend en main, on va faire le tour de la ville et de ses alentours. Comme c’est trop grand pour qu’on le fasse à pieds, on va louer des vélos à l’Office du tourisme.

P1110568

Le tour est vraiment bien, il fait beau (Flo se reprend un méga coup de soleil), on longe la mer d’un côté et les rizières de l’autre,

P1110575

les forêts de bambous,

P1110579

on cueille des kinkan et mikan qu’on mange sur la « plage », on suit le guide touristique qui nous emmène dans une boutique de gâteaux japonais (où on se retrouve avec 15 brochettes de mitarashi dango, alors que nous on avait cru lire sur le panneau 15 boulettes…..les prix sont vraiment plus bas qu’en France….)

P1110588

puis dans un petit café avec un musée du bambou à l’étage.

P1110598

La renommée de ce café, vient de leurs taiyaki en forme de bœuf de Matsusaka, ce boeuf qui fait la fierté de la ville.

P1110606

Le tour nous prend 5 heures environ, dont la conclusion est la suivante : à Matsusaka, il n’y a que de la bouffe. Mais alors qu’est-ce-que c’est bon ! Le soir, comme cette fois-ci on a réservé, la gérante du ryokan nous a préparé un repas. C’est royal :

P1110617

_______________________

25/4/15

Dernier jour à Matsusaka, direction Osaka pour rendre visite à une amie qui a proposé de nous héberger pour la semaine. Dès l’arrivée, on teste la spécialité du coin : les takoyaki, 300¥ la barquette de huit !

image

Nous retrouvons Valériane qui a prévu une soirée pour son anniversaire dans un bar de Namba, le quartier le plus animé d’Osaka. On circule parmi les ruelles colorées et très animées.
image

Le bar est rempli d’étrangers, il y a beaucoup d’ambiance. On est accueilli par l’Allemand Téo en Working Holiday, Joe l’Américain qui est professeur d’anglais pour enfants de primaire, Shaolee la Taïwanaise et John l’Australien. Ils sont tous super contents d’être au Japon. Ça discute tranquillement en anglais mais la musique devient de plus en plus forte et je n’arrive plus trop à comprendre ce qui se dit, et puis la papote c’est pas trop mon truc. Je prends mon appareil photo et décide d’aller faire un tour dans le quartier histoire de découvrir la ville. Je laisse Flo qui parle presque autant que l’Américain ; en partant une heure, elle devrait avoir sa dose de bavardage.

Je déambule sans trop savoir où je vais, attiré par les buildings extravagants et les néons multicolores, pour finalement arriver dans une rue piétonne remplie de Japonais et d’étrangers. Je remonte le flot vers une place éclairée de toute part par les publicités lumineuses, c’est gigantesque !
image

L’impression de se sentir tout petit est accentuée par le fait que cette place est très compacte alors que Shibuya, son équivalent tokyoïte, est très étendue. J’avance vers le pond, juste à côté et face à moi, des dizaines de personnes prenant des photos de quelque chose se trouvant derrière moi ; ça sent le Glico ! En me retournant, je m’aperçois que la foule et les lumières m’avaient conduit jusqu’à l’un des symboles de la ville :
image

Plus loin, une rivière de cheveux noir coule dans une galerie marchande couverte. Pas le temps d’y aller, Flo doit déjà avoir la tête prête à éclater à cause de la musique, il faut que j’aille à son secours.

__________________________

26/04/15

Après un petit déj’ à base de pain de mie, confiture et lait, nous partons en compagnie de Valériane, qui est en weekend, vers le vieux quartier de Tennoji. C’est un quartier animé et coloré rempli de restaurants jusque dans les ruelles.wpid-wp-1430364768255.jpeg

La spécialité du coin, c’est le kushikatsu, l’un des rares plats japonais que je n’ai pas encore testé. L’autre curiosité du coin, c’est la tour Hitachi,
wpid-wp-1430364715535.jpeg

un peu vieillote et symbole de Shinsekai (« Nouveau Monde »), une partie du quartier nouvellement créée dans les années 1900. Shinsekai devient le lieu le plus pauvre d’Osaka dans les années d’après guerre. Aujourd’hui, c’est là où on trouve les loyers les moins chers et les restos bon marché.wpid-wp-1430364964107.jpeg

« Derrière » la tour Hitachi, une salle de cinéma rétro où les affiches des films à la une sont peintes au dessus de l’entrée. Ici, le tout nouveau Expendable 4 … 3.wpid-wp-1430364964111.jpeg

Plus loin sur ce même cinéma, pour les amateurs d’un autre type d’action dont les vieux du coin semblent être très friands.wpid-wp-1430364964118.jpeg

Nous faisons un détour par le quartier de Denden Town, le quartier otaku et électronique d’Osaka.

Quelle est cette petite boutique ?wpid-wp-1430365464998.jpeg

C’est évidemment l’Office du tourisme !wpid-wp-1430365465004.jpeg

Pour reprendre le métro et rentrer, nous repassons par Shinsekai à la tombée de la nuit.wpid-20150426_185612.jpg

_______________________________

27/04/15

Au programme, the Osaka museum of housing and living et le château.

Nous partons à pieds, c’est le meilleur moyen de découvrir une ville. En passant par des rues bordées de petites maisons individuelles, en une heure de marche, nous arrivons au musée. Il est situé aux 8ème et 9ème étages d’un immeuble, drôle d’endroit pour faire une reconstitution d’une rue d’Osaka de la période Edo. Dès l’entrée, des panneaux nous rappellent : pas de perche à selfy, pas de flash, pas de nourriture, pas d’animaux… et on peut revêtir un yukata pour seulement 200¥ puis se balader dans la reconstitution. Celle-ci est d’ailleurs très bien faite ; les bâtiments ont été réalisés selon les méthodes traditionnelles (les grues en plus).
image

image

wpid-wp-1430365465012.jpeg

On se promène parmi les maisons, les fiches en anglais expliquant la vie de quartier, il y a des toupies et des jouets d’autrefois. L’ambiance est conviviale, les gens s’amusent, se prennent en photo. Mais attention aux p’tits vieux du musée qui raudent et surveillent d’un œil vif le moindre écart des visiteurs ; « non, petit garçon, on ne fait pas tournoyer le bilboquet »,  » non, M. le Chinois, pas de perche à selfy »… J’ai tenté un flash discret dans une pièce trop sombre mais déjà un p’tit vieux, silencieux comme un esprit, passe à côté de moi et me surprend, heureusement que je n’avais pas encore appuyé sur le bouton.

De retour dans la rue, nous prenons la direction du château. Les rues ont changées, maintenant se sont surtout des immeubles d’habitation.

A ce propos, un Français qui a vécu 10 ans au Japon avant de revenir à Tours m’avait dit qu’il préfèrait les avenues haussmanniennes de Paris plutôt que les immeubles de toutes formes et couleurs des grandes villes japonaises. Il apprécie les détails que l’on trouve sur les façades du centre de Paris (corniches, statues…) et avait fini par se lasser du méli-mélo des rues tokyoïtes. Je comprends son point de vue mais en France il est difficile de passer sont temps le nez en l’air comme je le fais ici ;p

Bref, nous voilà arrivés au château d’Osaka,
image

il est vraiment imposant et massif, et les murs des douves l’entourant sont vraiment hauts et composés de pierres pouvant faire plusieurs mètres de large comme de haut. wpid-wp-1430365465031.jpegAprès l’avoir contourné sur les deux seules face visible de l’extérieur, je suis un peu déçu ; il est imposant mais manque d’élégance, comme l’est le château d’Himeji.

Enfin, retour à pieds avec au total 15km dans les jambes.

Publicités

3 réflexions sur “Les bons amis font les bons comptes

  1. On suit votre périple !
    Courage, le retour à la nature va être dur, surtout si c’est le même temps qu’au départ 😉
    Profitez, prenez en plein les yeux/oreilles/nez/bouche !

    J'aime

  2. C’est cher la location de vélos ? (Même question pour les 15 brochettes de mitarashi dango)

    (Où est Kaguya ?)

    On n’aurait même pas envie de manger le taiyaki en forme de boeuf et de le garder en « souvenir » ! 300 Y la barquette de huit takos, y a des gens qui se font plaisir à les vendre ultra cher ici… D’après ce que je vois, les kushikatsu ont l’air bons.

    C’est très perturbant de lire « Nous repassons par le nouveau monde » x)

    J'aime

    1. La location était à 100 yen de l’heure, c’est pas trop cher, mais plus tard on a trouvé encore moins cher : 100 yen les 6 heures, 200 yen la journée !
      Les 15 brochettes de mitarashi étaient à 1200 yen si je me souviens bien, vraiment pas cher.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s