Wouaf ? … Non, WWOOF !

Le WWOOF, c’est quoi ?

C’est l’abréviation de World­Wide Opportunities on Organic Farms, ce qui se traduit en français par « opportunités [de travail] dans des fermes bio du monde entier ». Cela consiste à faire du volontariat dans des fermes bio contre le gîte et le couvert.

C’est géré par une association, donc vous devez payer des frais d’adhésion (environ 50 euros par an). Chaque pays a son association indépendante ; donc si vous voulez wwoofer en France et au Japon, il faudra payer les frais d’adhésion à WWOOF France et à WWOOF Japan.

Comment ça fonctionne ?

Une fois réglés vos frais d’adhésion, vous avez accès à la liste des fermes (hôtes) pour un pays donné.

Parfois, vous vous apercevrez que certains hôtes n’ont pas trop de rapport avec l’agriculture biologique, mais ils ont tous une attitude éco­-responsable.

Vous choisissez un hôte en fonction de ce qu’il propose comme travail, de l’endroit où il se situe, de vos points communs, de combien de personnes il accepte en même temps (utile si vous voyagez à plusieurs), si vous devez obligatoirement parler la langue locale ou non, de combien de temps vous pouvez rester, etc. Une fois votre choix fait, vous le contactez, et attendez sa réponse. C’est rare de ne pas avoir de réponse, mais parfois la réponse est négative, car l’hôte est complet ou n’a pas de travail pour la saison en cours, par exemple. Il ne faut pas se décourager, persévérez !

La période de wwoof dépend d’un hôte à l’autre. Ça peut aller de quelques jours à plusieurs mois.

Pour les longues périodes, il y a en général une semaine d’essai.

Donc ça, c’est pour le mode d’emploi (merci Flo). Et nous alors ?

On a prévu 2 périodes de wwoof, le premier se fera du côté du mont Aso, mais le deuxième n’a pas encore été décidé.

Nous avons choisi le 1er hôte car il construit des maisons en rondin de bois en coupant des arbres dans la forêt, l’entretenant par la même occasion. Ces maisons servent à accueillir des enfants handicapés et leurs familles qui ont tendance à vivre en marge de la société japonaise parfois pas très tolérante.

Il y a plusieurs façon de voir le WWOOF : bien sûr, c’est sensé s’adresser aux personnes voulant devenir fermier et apprendre les techniques bio.
Mais pas que, le but est également de sensibiliser les gens en général à l’environnement et à un mode de vie alternatif.
Mais pas que, les fermiers ont également besoin d’aide pour faire face a une augmentation de quantité de travail et pour aider à gérer leurs activités qui sont pour la plupart familiales.
Pour ce qui n’ont pas la main verte, il y a aussi les hôtes qui proposent de s’occuper d’enfants ou réparer des vieilles consoles de jeux pour les revendre.

Il y a de nombreuses raisons de vouloir faire du wwoof ; elles se regroupent autour de la tradition, de la rencontre avec des gens, de l’apprentissage de la langue et bien d’autres.
Voici un classement de mes raisons de faire du wwoof :
Tout d’abord, c’est l’occasion de rencontrer des Japonais, de partager leur quotidien et parfois de vivre avec eux. Ce n’est vraiment pas courant de pouvoir faire ça avec des Japonais. De plus ce sont des Japonais habitués aux étrangers et qui auront une ouverture d’esprit appréciable. Ce n’est pas toujours le cas chez les Japonais de l’ancienne génération. J’ai vu quelques exemples, comme demander en japonais « SVP, où est la gare ? » et se voir couper la parole par un « je ne comprends pas ».
Ensuite, quelques unes des maisons d’hôte sont traditionnelles et vous pouvez expérimenter les tatami, les portes coulissantes, toute l’ambiance qu’il vous faudrait payer 120€ par nuit dans un ryokan.
Puisqu’il est question d’argent, le wwoof, c’est 50€ et après, c’est gratuit !! (pour un an : ) Vous pouvez donc rester au Japon autant que vous voulez sans avoir à penser au problème financier, et ça, c’est bien ! Plutôt que de rester 3 semaines max à cause du budget, pourquoi ne pas faire 2,5 semaines de visite puis faire 3 fois du wwoof pendant 3 semaines à chaque fois et rentabiliser au maximum votre billet d’avion et votre visa tourisme de 3 mois ? Vous voulez vivre au japon sans visa de travail ? Facile avec un aller-retour en Corée tout les 3 mois pour renouveler le visa touristique !  😉
Plus « sérieusement », en changeant de régions à chaque fois, vous découvrirez de nouveaux paysages, de nouvelles traditions, de nouvelles personnes. Et sans payer !
Enfin, par le biais de ce qui vient d’être dit, c’est l’occasion, voulue ou pas, d’être sensibilisé à un autre mode de vie, plus proche de la nature, plus humain, viable, et ça c’est bien !

Fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s